Une volonté politique commune : Partager l’ambition de redonner au bassin méditerranéen une place sociale et économique de choix dans une paix retrouvée et dans le respect du futur par une pratique exemplaire des règles du développement durable.

Alors que les responsables politiques débattent du devenir de la collaboration et des unions entre les pays de la Méditerranée et les pays européens, le RMEI a la volonté d’être un acteur pour le développement durable en Méditerranée et l’innovation.
 
Le RMEI permet à ses étudiants d’avoir une bonne image de la formation et de la recherche dans les pays de la Méditerranée ce qui est un atout important pour la Méditerranée dans la globalisation de l’économie. Il situe son action dans le cadre de l’innovation et de la territorialité, domaines qui n’étaient pas des axes majeurs de formation des ingénieurs. Il veut former des "ingénieurs/manageurs/architectes-citoyens" ouverts sur les enjeux majeurs de nos sociétés.
 
Cette promotion de la Méditerranée dans l’esprit des étudiants diminuera leur volonté d’expatriation et donc ralentira la perte des jeunes talents. 
 
Le RMEI offre aussi aux collectivités locales concernées un vivier de chercheurs de haut niveau académique qui peuvent s’impliquer dans l’identification, le suivi et l’évaluation des politiques de recherche et d’innovation dans le bassin méditerranéen. Il se veut ainsi être une force de proposition et d’action. Il facilite les rencontres entre chercheurs ce qui permet de pouvoir répondre dans les meilleurs délais et avec efficacité à des appels d’offre internationaux (programmes Med, Voisinage, Tempus,…).
 
Le RMEI agit comme interface entre le monde de l’entreprise et les grandes écoles et universités techniques. Il doit faciliter et intensifier la relation Universités – Grandes Écoles - Laboratoires de Recherche - Entreprises de la Méditerranée au service de l’innovation mais aussi du recrutement d’ingénieurs et de scientifiques compétents, enjeux des grands groupes industriels mais aussi des PME/TPE de la Méditerranée.
 
Le RMEI est ouvert sur d’autres régions du monde par ses liens étroits avec de nombreux laboratoires implantés dans des universités chinoises, japonaises, russes, brésiliennes, américaines, … et … européennes.
 
Le RMEI est un réseau de convivialité où se côtoient des universités de pays qui, malheureusement, ne dialoguent que peu entre eux. A une échelle très modeste, il contribue au développement de la tolérance culturelle.
 
Le RMEI s’engage à diffuser les résultats de son action auprès des grands organismes internationaux (décennie des Nations Unies, UNESCO,UpM,….), lors de congrès liés au développement durable, à la territorialité, aux activités économiques et à la Méditerranée.
 
Le RMEI est également conscient de l’effort majeur de diffusion de son action localement dans les banlieues, auprès des scolaires et de tout comité local concerné par les approches sociétales du développement durable. 
 
Cette politique est traduite à travers les différents groupes de travail du RMEI.